• Résumé :

     

    En apparence, la vie de la comtesse Antonina n’est que faste et privilèges… Mais sous le joug d’un père autoritaire, puis d’un mari qu’elle n’a pas choisi, la jeune femme vit le pire des drames lorsque son fils Micha est enlevé par une bande de cosaques. Alors que tout la pousse au désespoir, Antonina décide de se battre pour retrouver son enfant, soutenue par Lilia, sa fidèle servante, et Gricha, le régisseur du domaine au charme troublant. Trouvera-t-elle en elle la force de triompher du sort ?

    Les âmes perdus d'angelkov  

    Mon appréciation :

     

    L'histoire est bien, il faut aimer les retours en arrière sur l’histoire de ses personnages tels qu'Antonia empêtrée dans les conventions, son alcoolisme, son amour pour son fils, son attirance pour Gricha, ne parvient pas à se mobiliser dans la recherche de son enfant ; le régisseur, partagé entre sa haine pour le comte et sa passion naissante pour Antonina, accumule les faux pas ; Lilia, amoureuse de sa patronne, la trahit plus qu'autre chose ; il semble dans cette histoire Valentin le musicien et Liocha, le jeune frère de Lilia semble être les seuls réellement authentiques. Le tout dans une période historique troublée à souhait. 

    Par contre, cet un livre, qui se lit assez rapidement parce qu'on veut arriver au dénouement et savoir ce qu'il va advenir du jeune Micha ?

     


  •  

    L'insoumise:

    Résumé :

     

    En France, sous le règne de François Ier, Raphaëlle Aslet, orpheline violemment spoliée de ses biens, est initiée, très jeune, à l'art de l'orfèvrerie. A dix-huit ans, elle excelle dans la création de joyaux très originaux. Résolue à vivre de son art, elle se rend à Paris afin d'y exercer ses talents. Mais elle doit aussitôt affronter la misogynie et le rejet d'une corporation dont l'art est uniquement professé par des hommes. Parvenant néanmoins à se faire remarquer par le roi, Raphaëlle tente de s'imposer parmi ses confrères. Un amour fou l'unit au chevalier Guillaume de Valras, hélas marié. Mais ambitions, rivalités et désirs de vengeance les déchirent et les séparent car les orfèvres cherchent à l'évincer par les moyens les plus vils. A cette malveillance s'ajoutent la jalousie destructrice de Margaux, l'épouse de Guillaume, et le réveil d'un passé terrible qui dévoile à Raphaëlle sa véritable identité. Une histoire haletante, chargée d'amour et de drames dans l'atmosphère scintillante de la Renaissance, parmi l'éclat des pierres précieuses, le façonnage de l'or, le foisonnement artistique du Pont-au-Change, centre luxuriant de l'orfèvrerie parisienne. 

      

     

    Très beau roman au temps de la Renaissance avec tout ce que cela implique.

    D'un côté, le Roi, la Cour, les arts, les manières. De l'autre, une femme douée en orfèvrerie qui veut à tout prix vivre de cet art.

    Les embûches ne manquent pas mais le Roi aimant "le beau" lui sera d'un grand secours ! 

    Un livre que l'on commence et termine rapidement, tant il est intéressant et prenant.

     


  • Non lu 


  • Non lu 


  • Résumé :


    Une saga captivante qui n'est pas sans rappeler Autant en emporte le vent. Une épopée sudiste digne d'un grand film. The New Yorker Howbutker, Texas, 1916. A la mort de son père, la jeune Mary Toliver hérite de la plantation de coton des Toliver, l'une des familles fondatrices de Howbutker. La jeune femme devra-t-elle sacrifier son amour pour Percy Warwick, magnat de l'exploitation forestière, pour faire vivre le sol de ses ancêtres ' Confrontés aux trahisons, aux secrets et aux tragédies qui les entourent, renonceront-ils à ce qui aurait pu exister, non seulement pour eux, mais aussi pour les générations suivantes ' Dans ce livre haletant, écrit comme on filme une série TV, Leila Meacham renoue avec les codes des grandes sagas historiques pour mieux les réinventer. Traduit dans vingt-cinq pays, ce roman d'amour et de sacrifice a déjà conquis les lectrices du monde entier.
     

     

     

    Mon avis personnel :

    Quand on commence ce livre on a du mal à le reposer. Beaucoup d'émotions qui se lient et se délient.

     

    Ce livre m’a fait penser à (autant en emporte le vent) J’ai adoré  

    Je vous le conseille 

    Bonne lecture à tous